Anca

Chirurgie conservatrice de la hanche

La hanche a deux fonctions importantes: L’articulation doit transmettre des forces considérables du tronc sur les membres inférieurs tout en permettant une grande mobilité dans les trois plans de l’espace.

Une transmission de forces et une stabilité optimales requièrent une couverture articulaire maximale de la tête fémorale. Une mobilité optimale de l’articulation implique un minimum de contraintes externes et par là une couverture articulaire minimale de la tête fémorale.

Nous pensons que la majorité des dysfonctions articulaires et des douleurs de la hanche sont dus à une incompatibilité ou discrépance entre morphologie et fonction.

Les opérations qui corrigent le délicat équilibre entre morphologie et fonction articulaire entrent dans le contexte de la chirurgie conservatrice de la hanche.

Revision ouverte de la hanche

Certaines hanches présentent un conflit entre le cotyle et l’extrémité supérieure du fémur qui apparait à certains mouvements.

Ce conflit, douloureux, peut être congénital ou acquis et peut être la cause d’une dégénérescence précoce de l’articulation. L’obstacle ou le défaut anatomique peut être situé au niveau du cotyle ou du fémur.

Une opération avec une dislocation “douce”* de l’articulation permet de corriger les défauts et conflits, soit au niveau du cotyle (correction du bord du cotyle, du bourrelet), soit au niveau du fémur (cheilectomie de la tête fémorale).

Une telle opération, qui est peu invasive, permet souvent de prévenir une destruction articulaire et par là est surtout intéressante pour des jeunes adultes.

* Luxation chirurgicale de la hanche

 

Ostéotomies pelviennes (du bassin)

Certaines hanches présentent une couverture de la tête fémorale insuffisante pour une fonction normale de l’articulation. Il peut se présenter une image mixte de conflit et de défaut de cette couverture, associée ou non à un défaut au niveau du fémur.

Ces hanches entrent dans la famille des dysplasies de la hanche. Elles progressent vers une dégénérescence précoce par une instabilité articulaire et/ou un conflit. La musculature qui stabilise la hanche est insuffisante.

Le défaut morphologique est trop important pour être traité par une révision ouverte simple de la hanche. L’orientation globale de tout le cotyle peut être modifiée en le libérant du bassin par des ostéotomies (PAO).

Le but est d’obtenir une hanche stable avec une couverture de la tête fémorale assez grande pour la prise en charge des transmissions des forces fonctionnelles et orientée de telle façon à ne pas créer de conflit.

Afin de placer le cotyle dans une position optimale de couverture, une étude préoperatoire radiologique et evtl. une simulation tridimensionnelle est de mise.

On peut ainsi définir une dysplasie d’abduction ou d’adduction et sa correction (R1), une dysplasie d’extension ou de flexion et sa correction (R2) et une dysplasie d’antéversion ou de rétroversion et sa correction (R3).

Ostéotomies fémorales

A la suite de fractures, dans des cas de dysplasies ou autres maladies, la hanche peut devenir douloureuse et progresser vers l’arthrose.

Si le défaut se trouve au niveau du fémur et qu’il est trop grand pour être traité par une révision ouverte de la hanche, l’orientation de l’extrémité supérieure du fémur peut être modifiée et adaptée pour garantir la stabilité et la congruence articulaire en l’absence de conflit.

Après une étude radiologique adéquate, une ostéotomie du fémur (IO) permet de pivoter la tête fémorale dans les trois plans de l’espace.

Si vous suivez le troupeau, vous risquez de marcher dans le crottin